Christine Pierron a retrouvé sa mère quarante-cinq ans après leur séparation. Adoptée par une famille brestoise très jeune, elle a compris, il y a deux ans, qu’elle était une « enfant réunionnaise de la Creuse », ces déracinés envoyés en métropole pour repeupler les campagnes entre 1960 et 1982.