« On est dans un pays en guerre », affirme, désabusé, le sergent, derrière le blindé de la police alors que les rafales d’armes automatiques tirées par les membres des gangs de Caracas pleuvent, faisant tomber branches et feuillages sur la place Madariaga déserte.