« Je suis venu chercher un passeport pour ma famille, parce qu’on ne sait jamais », explique Abdul Khalid Nabyar qui, comme de très nombreux Afghans, dit vouloir être en mesure de quitter le pays si les talibans s’emparent du pouvoir.