Qui d’entre nous n’a pas changé de trottoir à la vue d’un SDF ou d’une personne à la mine patibulaire ou encore à l’air passablement dérangé ? Si notre premier réflexe est de se protéger d’une éventuelle réaction intempestive, qu’en serait-il si nous prenions notre courage à deux mains en nous…