Paris, 10 mai 2016 – L'utilisation mardi par le gouvernement de l'arme constitutionnelle du 49-3 sur le projet de loi travail ne signe pas pour autant la fin du parcours parlementaire du texte, à moins qu'une motion de censure ne soit votée