Le procès des attentats de janvier 2015, interrompu depuis trois semaines à cause du Covid-19, a été de nouveau suspendu une semaine lundi faute d’accord des avocats sur le recours à la visioconférence pour le principal accusé, victime de symptômes persistants.