Le Premier ministre australien Scott Morrison était mardi sous le feu des critiques pour sa réponse à l’émoi suscité par le témoignage d’une ex-employée du gouvernement qui affirme avoir été violée en 2019 dans le bureau d’une ministre au Parlement, avant d’être lâchée par sa hiérarchie.