Un chassé-croisé amoureux dans les années 1930… A priori rien de neuf chez le New-Yorkais, dans ce “Café Society” présenté en ouverture de Cannes. Si ce n’est la maîtrise de sa mise en scène, d’une élégance digne de l’âge d’or de la comédie américaine.