Des dizaines de milliers de Syriens ont célébré l’homme fort de Damas, Bachar al-Assad après l’avoir plébiscité à l’élection présidentielle. Un scrutin jugé « ni libre, ni juste » par les Occidentaux.