Les Birmans ont commencé mercredi à descendre dans la rue pour le cinquième jour consécutif, au lendemain d’un raid nocturne de l’armée contre le siège du parti d’Aung San Suu Kyi, une action qui montre la détermination des généraux putschistes face aux appels à rétablir la démocratie.