Le parti d’Aung San Suu Kyi a appelé mardi à « la libération » immédiate de la dirigeante, au lendemain d’un coup d’Etat en Birmanie condamné par la communauté internationale, Washington faisant planer la menace de sanctions avant une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.