Les appels à la désobéissance civile ont continué d’être lancés mardi en Birmanie malgré le durcissement de la répression par la junte, qui fait fi des condamnations internationales et a inculpé une nouvelle fois Aung San Suu Kyi.