L’armée birmane a investi mardi soir le siège du parti de la dirigeante évincée du pouvoir Aung San Suu Kyi à Rangoun, sans égard pour l’appel des Nations Unies à cesser la répression contre les manifestants réclamant le retour de la démocratie.