L’ONU a condamné mardi l’usage  « disproportionné » de la force à l’encontre de manifestants opposés au coup d’Etat du 1er février en Birmanie, déplorant « de nombreux protestataires blessés, dont certains gravement » après que la police a tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.