Les conditions de l’examen du baccalauréat n’ont pas changé, contrairement à la rumeur qui a conduit certains élèves à manifester dans la capitale. Les ministres en charge de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur ont clarifié les choses jeudi 18 mars à Ouagadougou.