C’est dans le besoin qu’on reconnait ses amis, et dans la douleur? Plus d’amis on possède, mieux on tolère la douleur physique, révèle la chercheuse Katerina Johnson dans un entretien