Trois des huit candidats malheureux à la dernière présidentielle du 20 mars au Congo-Brazzaville sont dans la tourmente : l’entrée de leurs résidences sont bouclées par un dispositif policier inhabituel. Mais il est difficile de savoir si ces opposants –