Une équipe britannique a découvert les premiers exemples de virus « chimères », résultat d’une association de deux lignées différentes.