Emmanuel Baron, directeur d’Epicentre à Médecins sans frontières, affirme qu’il y a eu un « relâchement, couplé à des rassemblements importants, avec aussi l’émergence d’un variant » dans le pays.