La campagne de vaccination doit faire oublier une gestion contestée de l’épidémie sur la durée, fruit de la désorganisation de l’Etat et de calculs électoraux de court terme de la part du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou.