Les femmes auraient actuellement 30% de risques en moins que les hommes de contracter la maladie.