Lorsqu’il était jeune, Abou Raëd, 50 ans, allait « tous les week-ends, en famille, au cinéma Nasr de Gaza ». Aujourd’hui, cette salle a disparu, comme les …