Les deux cyberattaques, dont les établissements hospitaliers de Dax et de Villefranche-sur-Saône ont fait l’objet, ont suivi un mode opératoire identique. Derrière ces cyberattaques, le rançongiciel Ryuk. Pas question pour la France de payer de rançon.