Gérald Darmanin a affirmé mardi que le gouvernement était « du côté des policiers et des gendarmes » et que « la main ferme de l’Etat ne tremblera pas », en commentant les mesures de durcissement de peines contre les agresseurs des forces de l’ordre annoncées la veille.