Forcés de se déplacer voire de vendre leurs terres, agriculteurs et éleveurs d’Irak, pays parmi les plus menacés au monde par le changement climatique, entament un nouvel été de sécheresse qui voit mourir les bêtes et pousser les immeubles au lieu des champs.