Terrifiés par la répression de la junte et la flambée de coronavirus, très peu de Birmans osent descendre dans la rue dimanche pour marquer l’anniversaire des six mois du coup d’Etat qui a plongé le pays dans le chaos.