Le patron de l’écurie Mercedes, Toto Wolff, n’a pas voulu désigner un responsable dans l’accrochage survenu peu après le départ du Grand Prix d’Espagne, ce dimanche, entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton.