Dans un petit camp de réfugiés niché dans la Bekaa, dans l’est du Liban, Mohamad et ses trois soeurs craignent de perdre une nouvelle année scolaire après presque deux années manquées, faute de pouvoir suivre les cours sur internet.