François Hollande demande le retrait de l'article 24 du projet de loi « Sécurité globale » estimant qu'il y a « honneur à retirer un texte lorsqu'il heurte les consciences et divise la société « .