Au lendemain du retour de l’ex-président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, fêté dans la liesse par ses partisans, mais marqué par des tensions, la « réconciliation nationale » est plus que jamais à l’ordre du jour dans ce pays encore meurtri par deux décennies de violences politiques et ethniques.