Accueillie avec une certaine passivité par les autorités turques, qui craignent de voir se détériorer les relations avec les États-Unis, la reconnaissance du génocide arménien par le président américain Joe Biden suscite néanmoins l’indignation dans la majorité de la presse et de l’opinion publique.