Des Françaises détenues en Syrie pour avoir vécu sous le groupe Etat islamique (EI), dont une en grève de la faim, se disent « prêtes à tout » pour « rentrer en France » et montrer qu’elles n’ont commis « aucun crime », dans des entretiens diffusés jeudi.