L'Union des étudiants juifs de France et SOS Racisme vont assigner en référé Twitter, YouTube et Facebook qu'ils accusent de ne pas modérer assez efficacement les contenus racistes, antisémites ou homophobes publiés sur leur plateforme.