L’année blanche (prolongation d’un an de l’assurance-chômage) étendue jusqu’au 31 décembre ne suffira pas. Il reste bien des combats à mener pour les précaires de l’industrie du ciné.