La vague de chaleur qui a frappé fin juin l’Ouest des Etats-Unis et du Canada aurait été « presque impossible » sans le réchauffement climatique causé par les humains, a conclu mercredi un groupe de chercheurs.