Promue, pour la deuxième année consécutive, pays d’Europe le plus attractif pour les investisseurs, selon le baromètre du cabinet EY, l’Hexagone a pourtant subi un ralentissement plus important que d’autres dans la crise due au Covid-19.