Les autorités russes ont affirmé lundi qu’elles allaient continuer de ralentir Twitter dans le pays, lui reprochant de n’avoir pas supprimé l’intégralité de contenus jugés illégaux et menaçant Facebook et YouTube de sanctions similaires.