Le chef des urgences de l’hôpital de Saint-Denis explique le complotisme