Le port de Beyrouth, dévasté par une déflagration meurtrière en août qui a ravagé plusieurs quartiers de la capitale libanaise, a eu la « chance » d’éviter l’explosion d’autres matières dangereuses, selon la société allemande ayant traité une cinquantaine de conteneurs de produits chimiques.