« On est habitué à ne pas trop regarder par là, ce n’est pas conseillé », explique timidement Latifa: à quelques pas de la jeune mère de famille, des bulldozers ont démoli mardi des garages considérés comme un centre névralgique du trafic de drogue à Nîmes.