Les Ethiopiens ont commencé à voter lundi matin pour une élection repoussée par deux fois et scrutée à l’étranger, sur fond de doutes sur sa crédibilité et de famine dans la région en guerre du Tigré (Nord).