Dans l’impossibilité d’aller en cours depuis la fin octobre, des étudiants ne veulent plus payer leur abonnement aux transports en commun