Des députés Front de gauche, des socialistes « frondeurs » et des écologistes ont participé à une première réunion en vue d’une éventuelle motion de censure.