Plus de souplesse pour l’entreprise en matière de temps de travail, des critères de licenciement économique différenciés… Après la reprise en main du gouvernement, voici ce qu’il reste du projet de la loi El Khomri adopté le 12 mai par l’Assemblée.