Depuis l’annonce de la réforme début mars, les familles essaient d’appréhender cette petite révolution aux règles complexes. Beaucoup estiment désormais être « assignés à résidence » et regrettent de ne plus avoir accès aux meilleurs établissements.