Vendeur ambulant à Fnideq au nord du Maroc, Badr est dans une détresse telle qu’il pense au pire, jusqu’au suicide, depuis l’interdiction du commerce de contrebande et la fermeture des frontières avec l’enclave espagnole de Ceuta.