Après les propos graves insultant, vexant, stigmatisant sur fondement profond des préjugés depuis l’antiquité du fou faux général Aziz le 3 mai dernier à Néma sur les haratine, nous constatons un silence radio des ONG, partis politiques et mouvements noirs.