Le président du Nigeria Muhammadu Buhari a condamné vendredi soir le nouvel enlèvement « inhumain » de plus de 300 adolescentes dans un internat du Nord-Ouest du Nigeria et affirmé qu’il ne « céderait pas au chantage des bandits » qui attendent « le paiement d’importantes rançons ».