Au lendemain de la consécration aux Oscars du film danois « Drunk », le psychiatre qui a inspiré cette ode alcoolisée à la vie a -de nouveau- démenti lundi la « théorie » qui lui est prêtée : non, l’homme n’est pas né avec un déficit d’alcool dans le sang.