Un indépendantiste a été élu jeudi à la présidence du gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie, une première depuis l’accord de Nouméa de 1998 qui intervient à quelques mois du troisième et dernier référendum d’autodétermination prévu le 12 décembre.